• Progression dictées 

    Voici la façon dont je procède pour les dictées depuis quelques années maintenant. Ma collègue a apporté quelques modifications  cette année afin de simplifier un peu et de permettre à un maximum d'élèves de suivre. 

     

     

    PERIODE 3

    Chaque semaine les élèves ont 4 mots à apprendre pour le lundi suivant. Deux mots outils et deux mots en rapport avec le son étudié la semaine précédente.

    Les mots sont appris en classe selon un rituel précis, puis revus à la maison.

    Rituel en classe :
    1°) Un mot est écrit au tableau. Les élèves doivent le lire et ont quelques secondes pour le mémoriser dans leur tête.
    2°) Les élèves ferment les yeux et doivent voir le mot dans leur tête et/ou l’épeler à voix haute (selon si les élèves préfèrent utiliser une mémoire visuelle ou auditive).
    3°) Les élèves rouvrent les yeux et copient le mot sur leur ardoise en s’aidant du modèle au tableau. Ils peuvent le copier une ou plusieurs fois, selon leur convenance.
    4°) Les élèves effacent leur ardoise, l’enseignant efface le modèle au tableau. Les élèves doivent écrire le mot sans modèle sur leur ardoise. L’enseignant vérifie les ardoises, s’il y a des erreurs, le mot est réécrit au tableau, et on reprend à partir de l’étape 3.
    5°) Un autre mot est écrit au tableau, les 4 étapes sont reprises, quand le mot est acquis, l’enseignant revient sur le mot précédent.

    Le lundi, l’enseignant dicte les mots qui sont écrits par les élèves dans le cahier d’écriture. Les mots sont dictés dans le désordre par rapport à la liste donnée aux élèves. Une fois la dictée terminée, les élèves sortent leur stylo vert puis l’enseignant procède à la correction. Il demande à un élève de lui épeler le mot afin qu’il l’écrive au tableau. Les autres élèves valident ou non la proposition en proposant une correction si erreur il y a. Une fois tous les mots corrigés au tableau, les élèves ayant fait des erreurs recopient les mots où ils se sont trompés, sur leur cahier au stylo vert. 

     

    PERIODE 4

    Mise en place des dictées quotidiennes. Tous les jours, les élèves doivent écrire une courte phrase sous la dictée, contenant des mots appris et des mots inconnus, simples, dont l’orthographe peut être retrouvée phonétiquement.

    L’enseignant donne des indications concernant les lettres muettes ou les doublements de consonnes. Durant la semaine, l’enseignant alternera une phrase avec des noms au singulier et phrase avec des noms au pluriel.

      Exemple :

         Jeudi: Léa mange une pomme.

         Vendredi : Léa mange des pommes.

    Le lundi, la dictée se fait dans le cahier d’écriture et contient les mots qui étaient à apprendre. Les autres jours, les dictées sont faites sur la feuille de dictée quotidienne et reprennent des mots qui ont été appris depuis le début.

    La correction se fait collectivement. L’enseignant demande à plusieurs élèves de lui dicter les mots de la phrase. Les autres doivent valider la proposition de l’élève. S’ils ne sont pas d’accord ils doivent proposer une correction. Une fois la classe d’accord sur l’orthographe du mot, l’enseignant corrige en écrivant le mot correctement au tableau. Quand la correction est terminée les élèves doivent retrouver les erreurs dans leur dictée en les soulignant puis ils recopient la phrase en entier au stylo vert. 

     

    PERIODE 5

    Les phrases sont conçues à partir des mots appris par les élèves au cours de la semaine précédente. Les noms et les verbes de la phrase sont les mêmes sur une semaine. Lors de la dictée des jours 2 à 4, l’enseignante fait « relire » les élèves en leur posant les questions leur permettant de réaliser les accords S/V et Dét/Nom/Adj.

    Jour 1 :  La phrase dictée est une phrase affirmative au singulier.

    Jour 2 : La phrase dictée est une phrase affirmative au pluriel.

    Jour 3 : La phrase dictée est une phrase négative au pluriel.

    Jour 4 : La phrase dictée contient un groupe nominal avec un adjectif qualificatif au masculin pluriel ou au féminin.

    Correction : même procédé que lors de la période 4.

      


    3 commentaires
  • Voici un activité en arts visuels que j'ai trouvé sur le blog de Mitsuko et qui fut très sympa à faire. Il s'agissait de peindre à la manière des hommes préhistoriques, sans pinceaux ni peinture, mais grâce à des épices (canelle, paprika, cury, café...) et avec les mains. Les élèves ont beaucoup aimé et ça a le mérite de faire planer une bonne odeur dans  la classe

    Je vous laisse découvrir la séance chez Mitsuko et vous mets un aperçu de ce que ça a rendu avec mes élèves :

    Arts visuels : au temps de la préhistoire.

     Arts visuels : au temps de la préhistoire.

     

     

     

     

    Arts visuels : au temps de la préhistoire.

    Arts visuels : au temps de la préhistoire.Arts visuels : au temps de la préhistoire.

     


    4 commentaires
  •     

    Album pour la 3e période, que nous étudierons après Minable le pingouin

    Texte : ici

    Exercices : ici


    3 commentaires
  • Les poupées

     

    Après la lecture de l'album Cropetite, qui raconte l'histoire d'une petite fille des temps préhistoriques qui invente la poupée avec de l'argile, les élèves ont crée leurs propres poupées. Comme Cropetite ils ont utilisé de l'argile et des cailloux, ainsi que des brindilles pour les bras. 

     

     


    votre commentaire
  • Voici le travail que j'ai réalisé avec mes élèves sur la maquette de la classe :

     

    1°) Nous avons travaillé sur le vocabulaire du mobilier de la classe et le vocabulaire spatial (devant, derrière, droite, gauche...)

    2°) Ils ont fabriqué la maquette de la classe avec du matériel de récup que j'avais préparé en amont (boites de smarties, de médicaments ...). J'avais divisé la classe en 4 groupes, nous avons donc fait 4 maquettes. 

        
    De la maquette au plan

    De la maquette au plan

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    3°) Nous avons fait des petits jeux de repérage sur notre maquette. Par exemple je montre un endroit sur la maquette, un élève doit s'y rendre, ou l'inverse : un élève se met à un endroit de son choix dans la classe, les autres élèves doivent retrouver l'endroit sur la maquette. 

    Nous faisons un jeu également avec ma collègue de CP qui est dans la classe juste à côté de la mienne : trois élèves de ma classe cachent chacun un objet. Ils doivent signaler sur la maquette (avec de la pâte à fixe par exemple) où ils ont caché leur objet. Puis ils vont dans la classe d'à côté, où les élèves de ma collègue on fait la même chose, et ils doivent retrouver les objets cachés en se repérant sur leur maquette et dans leur classe. Les trois élèves de ma collègue viennent également dans ma classe et recherchent les objets cachés par mes élèves en s'aidant de notre maquette. 

    Je ne suis pas sûre d'avoir été très claire... Ce n'est pas facile à expliquer clairement par écrit... 

    4°) Une fois que les élèves se repéraient très bien sur la maquette nous avons recouvert la maquette de farine afin de ne garder que les traces des différents éléments et d'arriver au plan de la classe. Bon petit couac, la farine est passée en dessous des éléments ! Certainement car nous avions mis de la pâte à fixe sous chaque élément afin que ça ne bouge pas, du coup ça devait être légèrement surélévé... Et j'ai eu aussi la main lourde sur la farine !  Mais le résultat est là quand même. 

    4°) Nous ferons maintenant quelques petits jeux de repérage à partir du plan puis nous passerons à l'évaluation. 

    De la maquette au plan  

    De la maquette au plan


    10 commentaires